lundi 8 novembre 2010

Le gris prend des couleurs...



Un ciel gris et froid sur un matin brumeux et humide de novembre, une cité déserte et grise qui dort encore, de hauts immeubles qui fixent mon regard aux nuages. Nous sommes dimanche, il est 8H15. Au bout d'un escalier de métal en colimaçon se dresse un immeuble de béton, l'architecture promène mes yeux au ciel.




Entre le bitume et le béton, des pelouses, des flaques d'eau, des chemins, des bosquets et des feuilles jaunes, rouges qui jonchent le sol humide.
Dans le gymnase d'à côté des enfants jouent au ballon. Il semble que ce soit les seules vies dans ce décor fantomatique, mais quelles vies !
C'est l'équipe des moins de 12 ans, dans laquelle joue mon fils. Ils sont de toutes les tailles, il y en a des grands et des petits, certains avec le maillot jusqu'en-dessous du genou, d'autres sont un peu à l'étroit... Ils n'ont que faire de tout cela... C'est le premier match de la saison.
Ils ont le rose aux joues, la sueur au front, le sérieux et le plaisir dans le regard, courent, sautent, s'interpellent, échangent, se frappent dans les mains à chaque but marqué. Ils dépensent une belle énergie, le terrain de jeu est un autre monde. Et cette façon qui est la leur de dépasser une réalité, de transcender la grisaille, de dépenser sans compter, et de me donner cela en spectacle, ne me fait pas regretter de m'être levé un peu tôt ce matin...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire