dimanche 26 septembre 2010

Le chat


Il tourne autour de la maison avec la sensation étrange d'être à l'intérieur, les mains au fond des poches, cherchant ses clés. Et puis il y a cette poésie qui ne veut pas rentrer, ces papiers qui s'accumulent, ce flottement...

Dans ma cervelle se promène,
Ainsi qu'en son appartement,
Un beau chat, fort, doux et charmant.


Derrière le rideau de ses yeux, un théâtre d'ombres, une pluie d'automne, un dimanche soir. Les essuis glace repoussent l'eau sur les côtés et éclaircissent l'horizon, l'autoroute est fermée, prendre la déviation, (re)trouver son chemin.
La nuit tombe plus tôt maintenant.
Il se met en quête d'une pilule du diable, une tête brulée, une acidité, quelque chose qui puisse exploser en bouche, une saveur intense et piquante, durable.

Cette voix qui perle et qui filtre
Dans mon fond le plus ténébreux,
me remplit comme un vers nombreux
Et me réjouit comme un philtre.

L'animal secoue ses poils.

Le Chat - Charles Baudelaire

2 commentaires:

  1. Ca y est c'est reparti ! Yehaaaaa !
    vive emeyer.blogspot.com !

    RépondreSupprimer
  2. oui, oui, et merci de m'avoir un peu secoué !

    RépondreSupprimer