lundi 2 novembre 2009

Le Tréport hors-saison





Ce sont des rues désertes et des panneaux qui volent aux vents sur des volets clos. "A louer à la semaine, au week-end, téléphoner au, s'adresser au...".
La mer et le ciel se rejoignent sur un horizon gris, le vent, la bruine, l'air marin et iodé font toutefois du bien. Les joues rosissent et les cheveux, salés, collent au visages des enfants.
Un peu plus loin dans les terres, les mouettes suivent le tracteur laboureur et sont dans le sillon que la charrue trace dans la terre épaisse et lourde comme dans le sillage d'écume que laisse le bateau sur la mer.
Le Tréport est dans le brouillard et dans les restaurants les plateaux de fruits de mer font les fiers sur plusieurs étages...

1 commentaire:

  1. Merci Eric, grâce à toi, j'y suis. Se promener avec l'autre, dans les pas de l'autre, dans les yeux de l'autre. Partager. Etre à la fois, un galet, un goêland et un gars droit qui voit. Ivan

    RépondreSupprimer