mardi 9 octobre 2012

Le bestiaire chimérique de Didier Gosselin

eric meyer, art posté, art postal, tunisie, dessin contemporain, figuration, chimère, didier gosselin, feutres poscas, peinture, dessin

eric meyer, art posté, art postal, tunisie, dessin contemporain, figuration, chimère, didier gosselin, feutres poscas, peinture, dessin

Il y a quelques temps déjà, le plasticien Didier Gosselin m'envoyait par la poste une carte du nord de l'Afrique rehaussée au stylo à bille. En suivant le graphisme des zones géographiques et des indications de routes, rivières et frontières il y avait dessiné une chimère installée le long de la mer Méditerranée, entre la Tunisie et le sud du Maroc. La créature au regard inquiétant et sombre semblait flottée à la surface des déserts, tel un oiseau de mauvaise augure. Au dos de la carte un petit mot de Didier m'invitant à prolonger son dessin et à le lui renvoyer en vue d'une prochaine exposition sur le thème du bestiaire chimérique.


eric meyer, art posté, art postal, tunisie, dessin contemporain, figuration, chimère, didier gosselin, feutres poscas, peinture, dessin

eric meyer, art posté, art postal, tunisie, dessin contemporain, figuration, chimère, didier gosselin, feutres poscas, peinture, dessin

Utilisant alors les contres-formes de la chimère et tout en continuant à m'inspirer des éléments graphiques de la carte, j'ai introduit dans la scène animaux et profils humains. Difficile, en laissant mes feutres et mes couleurs s'installer sur la carte, de faire abstraction des évènements récents qui ont secoué cette partie du monde et qui continuent toujours à le faire, sans penser aux hommes qui y vivent et qui se sont battus pour leur liberté et le droit à la démocratie.
Plus d'informations sur le blog de Didier

2 commentaires:

  1. Merci Eric pour ce retour. Je ne sais pas s'il s'agit là d'une métaphore de l'Algérie et du Maghreb mais moi je trouve ce boomerang très beau. A chacun de l'interpréter librement. J'ai noté une coïncidence : je t'ai envoyé cette amorce plastique à la période de la disparition de Ben Bella, premier président de la révolution algérienne et qui fut ensuite emprisonné. Et tu m'as renvoyé ta réponse au moment où s'éteignait l'ex-président Chadli (de 1979 à 1992), le même qui avait fait libérer Ben Bella. Dans les deux cas c'était fortuit... étrange, non?

    RépondreSupprimer
  2. En effet, très étrange. Je n'avais pas fait ce rapprochement...
    J'ai été très heureux d'échanger graphiquement avec toi autour de cette carte du Maghreb et de m'interroger encore sur cette partie du monde en proie à de belles mais difficiles aventures humaines et politiques. A bientôt !

    RépondreSupprimer