samedi 17 décembre 2011

KUU au Lycée Clos d'Or à Grenoble

Au fond de sa cuvette, Grenoble grelotte sous un ciel bas et gris. La neige s'annonce aux alentours, sur les hauteurs, et se laisse lentement glisser vers la cité.
KUU débarque en ville et tire ses valises jusqu'à l'hôtel Lesdiguières.
Là, nous sommes accueillis par deux des élèves de terminale L1, Jordan et Sylvain, que nous venons rencontrer à l'occasion d'un atelier et du vernissage de l'exposition de nos échanges postaux menés depuis deux ans. Le temps de poser nos bagages et nous voilà partis en direction du Lycée Clos d'Or où nous attendent le reste de la classe et Didier Gosselin, leur professeur d'arts plastiques et initiateur du projet. Plaisir de se serrer la main après ces longs mois d'échanges, de courriers, de mails.
Au théâtre Premol nous découvrons l'accrochage de nos courriers et enveloppes échangés avec les élèves depuis l'année dernière autour des thèmes du Jazz, de la migration et de la citoyenneté. Le dialogue s'installe, les questions fusent, on discute autour d'un verre. Venu on voisin, nous avons également le plaisir de croiser pour le première fois le papa de Fildefer, le dessinateur Philippe Chambon.



De retour à l'hôtel et après un excellent repas nous rejoignons notre chambre qui se transforme rapidement en atelier de fortune. Nous métamorphosons à coups de Poscas, de pinceaux et de pastels deux Unes du Dauphiné Libéré acheté au siège du journal à notre arrivée et que nous avons l'intention de présenter aux élèves le lendemain. KUU parle au quotidien.


Mercredi matin, 9 heure.
Daniel, documentaliste du lycée, nous ouvre les portes du CDI et nous installons la salle, notre matériel et présentons nos publications. Les élèves arrivent et prennent place pour deux heures d'atelier / conférence. Nous parlons de nos parcours, de l'aventure éditoriale de la revue, de pratiques collectives et présentons nos blogs et sites et montrons comment nous tissons des liens entre le numérique et le papier, entre le pinceau digital et le tube de pâte de couleur.
Puis s'en suit une heure d'atelier. Découpage, collage, dessin. Les élèves composent et élaborent une lettre et une enveloppe et avancent dans leur travail sans savoir. L'étonnement est au rendez vous.

Après la pause déjeuner et un excellent repas servi et préparé par les élèves de seconde (décidément, on mange vraiment bien dans un lycée hôtelier!), nous achevons notre séjour Grenoblois en accompagnant une classe de seconde au Centre du Graphisme d'Échirolles, et visitons ensemble l'exposition, "Le peuple veut" où comment les graphistes et étudiants tunisiens firent aussi leur révolution par l'affiche et le dessin.
Un grand merci à tous ceux que nous avons croisés à l'occasion de notre passage à Grenoble et qui on fait que ce séjour soit riche et chaleureux !



2 commentaires:

  1. Anonyme9:28 PM

    Merci pour ce commentaire qui restitue parfaitement l'ambiance qui fut celle de ce moment passé avec vous... J'espère que l'on aura l'occasion de revivre ce type d'échange, si riche sur les plans humain, artistique et pédagogique.
    à bientôt. Didier Gosselin.

    RépondreSupprimer
  2. Belle rencontre , sympathique et enrichissante !! Et j'espère te croiser un jour à ........... Paris ........ Amicalement Phil

    RépondreSupprimer