lundi 9 mai 2011

Vagabondage



6 commentaires:

  1. Magnifiques
    Regards sans mots
    Beauté
    Rien a métamorphoser
    Ivan

    RépondreSupprimer
  2. Comme dis si bien Ivan : "..Magnifiques...regards sans mots..."

    Vagabondage poétique je rajouterais (rapport à ton titre). Vagabondage, superbe mot : Dans la plus pur tradition des écrivains Beat, Kerouac, Ginsberg, Burrough...

    A + + créateur d'espace onirique où il fait s'y bon s'y abandonner.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, j'aime bien le mot vagabondage, je le préfère à promenade. Je le sens plus libre, plus aventureux...
    Content de vous avoir fait un peu voyager à mes côtés !

    RépondreSupprimer
  4. Salut Eric, très belles photos j'aime cet atmosphère..... Samedi , grâce à mon travail ( héhé) j'étais à Paris . J'ai découvert une petite librairie BD vraiment très sympa. " Philippe le libraire "rue Vinaigrier dans le 10°. Le libraire est très sympa et sa librairie est rempli de trésors !!.... Je ne sais pas si tu la connais ?.......... Amicalement Phil

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme9:44 PM


    ICI LE RÊVEUR ÉQUITABLE
    QUÉBEC:)))

    fantastique votre blog monsieur emeyer

    vagabondage et liberté d'exister:)))

    Permettez-moi
    de vous offrir
    une de mes chansons
    qui parle de la vie
    d'un artiste-peintre
    et du rapport entre
    sa vie privé et son art

    EN MARCHE VERS UNE VIE PRIVEE OEUVRE D'ART

    Ce qui est beau dans la vie privée oeuvre d'art,
    c'est d'en être le peintre,
    dans un atelier où on doit à la fois
    peindre l'infinie joie d'une humanité
    qui s'élève peu à peu en soi
    et donner une poignée de main à celui ou celle
    qui reprend sa vie d'artiste du quotidien en main.

    16 ANS D'AVENTURE

    une ière neige sur le lac
    un pic bois qui passe en ami
    un chien qui marche sur la galerie
    deux hommes qui parlent de la vie

    une peinture sur le mur
    l’homme se lève
    me rappelle l’essentiel

    sa peinture date de 16 ans
    l’homme avait déja 38 ans
    était amoureux fou d’une femme
    qui tenait dépanneur, corps et âme

    pendant que lui
    d’un autobus
    était chauffeur de vie

    travaillait pour
    Chevrette transport La Tuque
    avait hâte a la fin de semaine
    tiens ben ta tuque

    rêvait du cap de la madeleine
    mais le dépanneur ferme si tard
    toute la semaine

    en attendant
    monte chez son frêre en haut
    avec toiles et pinceaux

    REFRAIN

    sur sa toile
    des arbres, des billots et de l’eau
    qui dansent l’amour
    comme la chute entraîne tout su l’tableau

    quand on contrôle pu rien
    c’est qu’y a des matins
    où l’amour doux
    c’est trop fou

    quand on contrôle pu rien
    c’est qu’y a des matins
    où l’amour doux
    c’est trop fou

    COUPLET 2

    y a pu de neige sur le lac
    ou est le pic bois mon ami
    le chien est en bas d’la galerie
    l’homme est dehors avec un sac de voyage

    sa vieille peinture
    reste sur le mur
    avec toute sa magie

    un grand amour
    c’est tellement fort
    que leur ière fille s’appelle Pascale
    une ado de 15 ans qui mord
    la vie comme à son ier bal

    pendant qu’sa soeur
    Justine 9 ans
    sourit aux étoiles

    la femme se meurt d’un cancer
    l’homme a finit par jeter sa dernière bière
    il doit monter à Trois-Rivières
    il sera bientôt père et mère

    sa vieille peinture
    su l’mur le rassure
    sur 16 ans d’aventures

    pierrot
    vagabond céleste

    www.enracontantpierrot.blogspot.com
    www.reveursequitables.com

    sur google,
    Simon Gauthier, video vagabond celeste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. salut à toi rêveur équitable ! merci de ton passage par ici et de ta chanson, merci surtout de m'avoir permis de rencontrer Pierrot le vagabond céleste. C'est un plaisir d'avoir fait quelques pas avec lui...

      Supprimer