dimanche 3 octobre 2010

Obludarium des Frères Forman


C’est un forgeron barbu et vêtu de cuir à l’air renfrogné et le regard bas qui nous accueille devant le campement. Il bat le fer et attise la braise. Des ampoules crépitent, suspendues à des fils électriques qu’un vent chaud agite doucement. Une musique répétitive se fait entendre au loin. Le Parc Stalingrad a en ce samedi soir des airs de fin du monde. Un Monsieur Loyal s’exprimant tantôt en français tantôt en anglais avec un fort accent tchèque nous invite à nous installer sous le chapiteau. Les choses ne s’arrangent pas franchement une fois à l’intérieur. Il fait très sombre, des hommes s’agitent dans tous les sens. Sous leurs bras des lanternes qui fournissent une pâle lumière alors qu’ils tournent frénétiquement une manivelle. Des hommes automates, masque blanc sur le visage, tournent au centre de la piste sur un disque, mouvements saccadés. Un géant scrutent les spectateurs installés à l’étage. Nous sommes tous comme disposés sur les pourtours d’un haut cylindre. Quelques spectateurs sont à leur tour en charge de fournir de la lumière en actionnant des boitiers à manivelle, les plafonniers s’allument, un peu. Brouhaha de voix, éclairs, craquements, notes de musique, chaos.
Soudain une danseuse s’envole, aspirée vers le haut du tube qu’est la scène, tirée par un filin de métal. Sous sa jupe blanche, immense, faisant toute la hauteur du chapiteau galopent les ombres de cavaliers. Le spectacle commence...

Pendant les deux heures qui vont suivre se succèderont sur la piste les êtres les plus fous qu’il est possible d’imaginer. Nains lubriques, femme à barbe, stripteaseuses, vieillards hydrocéphales, lanceur de couteaux, danseurs et danseuses virevoltants au rythme d’un orchestre tzigane, géants et lanceur de poids... Le chapiteau se transformera en aquarium et sous nos yeux ébahis et hallucinés dansera une sirène, des poissons lampions passeront au-dessus de nos têtes, en apesanteur. Une écuyère en tutu rouge domptera un immense cheval de bois l’obligeant à se cabrer, se dresser sur toutes la hauteur du chapiteau. Chaque tableau est un poème, une histoire fantastique...
Pour finir un bar géant est installé au centre de la scène dans un nuage de fumée, les musiciens descendent sur la piste et tout le monde est invité à partager un verre avec les comédiens. 
Nous retrouvons notre forgeron à la sortie, doux comme un agneau depuis son histoire d’amour avec la femme à barbe.... Il martèle des tiges de métal chauffées au rouge et fabrique des clous qu’il offre aux enfants en échange d’une poignée de mains. Ils y vont hésitants, pas vraiment rassurés mais tellement heureux de repartir avec un clou, le clou du spectacle !

Commentaires de mes enfants après le spectacle :
Lili : C'était super, ça m'a beaucoup plu mais ça ne m'a pas fait rire du tout !
Jules : C'était genial, vraiment magique !

"Obludarium" est un spectacle des Frères Forman (les fils de Milos) présenté par le Théâtre de la Commune à Aubervilliers dans le cadre des "Rencontres Ici et Là".

3 commentaires:

  1. Ton article nous donne envie de voir ce spectacle très original ...... J'aime les univers oniriques et décalés .... Cela me rappel une BD formidable de Fred " le petit cirque" Que j'ai lu et relu ....Amicalement Phil

    RépondreSupprimer
  2. oui, c'est un spectacle à ne pas manquer, un cabinet de curiosités, un (beau) voyage (poétique)au pays des monstres ! Si tu as l'occasion d'aller le voir, n'hésite pas ! Quand à la BD de Fred "le petit cirque", je ne l'ai jamais lue... J'y remédie dès que possible !!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai déjà vu le spectacle et je peut vraiment dire que c'est fantastique, passionnant d'être au milieu de tous ces monstres! Ce qui m'a rendu triste, c'est quand le lanceur de couteaux a raté son coup et a envoyer son couteau dans le cœur de la jeune femme... Mais c'est un très beau spectacle et je vous conseille à tous et à toute d'y aller en 2013!

    RépondreSupprimer