lundi 14 septembre 2009

David Lynch aux Galeries Lafayette


Détournement graphique de portraits photographiques de David Lynch

David Lynch met en scène son univers dans les vitrines des Galeries Lafayette jusqu'au 3 octobre dans une série d'installations intitulée "Machines, Abstraction and Women" et nous ouvre grandes les portes de son imaginaire en le mettant en relief, en mouvement. Face aux vitrines, mon reflet renvoyé par les vitres me porte au centre de l'action, je vois et je me vois dans le tableau et tous les autres autour de moi aussi, les passants, les deux mondes se mélangent et se rencontrent, l'intérieur avec l'extérieur, l'extérieur avec l'intérieur, le film se construit, peut-être qu'une caméra observe, quelque part....
Au premier étage, à la Galerie des Galeries, est présenté un ensemble de lithographies ("I see Myself"). On pénètre dans la salle d'exposition en empruntant un sombre couloir, comme propulsé dans une autre dimension, accueilli par une bande son faite de bruits divers, de bribes de conversations. Excepté un ensemble de 12 lithographies intitulé "The Paris Suite" à dominante rouge, l'ensemble est très sombre. Un monde noir, de part la couleur employée et les scènes dépeintes. Peurs enfantines, cauchemars, angoisses qui comme dans un mauvais rêve nous poursuivent inlassablement. Il y a la famille, des insectes, des femmes et des voyages, des meurtres et du sexe, de l'amour et des séparations, du feu, des maisons et des rêves... Les scènes naissent de la tâche d'encre dont sont extrait, comme façonnés dans la boue, issus d'une abstraction, d'un magma, les personnages, les objets, les animaux. Retour fascinant et captivant sur le travail de David Lynch, prolongement de l'exposition de 2007 à la Fondation Cartier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire