mercredi 26 août 2009

Orages


Voilà bientôt quinze jours que nous vivons dehors, à moitié nu, sous une chaleur accablante, nous ne rentrons que pour dormir. Et puis subitement cet après-midi le ciel s'obscurcit, la lumière baisse, le vent se lève tout doucement, les premières épines de pin commencent à danser au sol. Dans le lointain des éclairs, les premiers grondements de l'orage. Et puis tout s'accélère, le vent se déchaîne, les cyprès se couchent, les matelas s'envolent. Le ciel noir s'illumine lorsque la foudre le traverse, la pluie approche dans un bruit de déluge, le tonnerre comme des milliers de verres brisés retentit au dessus de nos têtes, déchire le ciel. Contrairement aux escargots nous rentrons dans notre coquille, à l'abri. Quelques minutes plus tard tout sera à nouveau très calme...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire